2005 - réalisations

Cette année nous orienterons notre aide vers les zones rurales. Sans abandonner cependant la surveillance et le suivi de nos projets en zone urbaine.
Notre choix résulte des nombreux constats de terrain de ces dernières années. Actuellement Madagascar ne peut pas nourrir sa population avec sa seule production de riz, surtout dans les périodes de catastrophes naturelles, et doit alors en importer en grande quantité. Pourtant Madagascar, regorge encore de zones fertiles, maintenant inexploitées ou laissées peu à peu à l'abandon par leur population, c'est là le résultat de 25 ans de mauvaise gouvernance.

Pour nous, il est clair que, cet exode rural vers les bas quartiers de la capitale, entraîne une surpopulation de ces zones insalubres, et devient une des premières raisons de l'accroissement actuel de la pauvreté dans le pays.

Notre action rurale à Mangamila (3500 habitants ) depuis plus de 16 ans nous a prouvé cependant qu'il est possible de redémarrer une vie économique et sociale dans les zones dégradées de la campagne et d'y maintenir par là même les populations. A Mangamila nous avons connu l'époque où rien n'était facile, routes défoncées, absence de fontaines publiques, pas de pharmacie ni de centre de soins, un état moyenâgeux. Nous y avons mené alors une expérience de développement rural, progressive, attentive et surtout, permanente en symbiose avec les élus et la population volontaire.

Les résultats obtenus aujourd'hui, nous encouragent à continuer dans cette voie. A Mangamila, la population est devenue, constructive et accueillante. A Mangamila chaque années naissent de nouvelles réalisations collectives, exemplaires pour les régions voisines. A Mangamila de petites maisons prennent racine au bord de la route amenant une population nouvelle originaire souvent de Tananarive.

Les élus paysans ne se privent pas d'expliquer pourquoi, dans chacun de leurs discours de fêtes, ou d'inaugurations…. Pour eux, grâce à ses coups de pouce financiers annuels sur des projets précis, choisis avec eux , mais aussi, grâce à ses conseils, et grâce à sa présence permanente, BSF a permis l'élaboration et le fonctionnement des structures de base, éducation et santé, l'élaboration et la consolidation de structures agricoles nouvelles, débordant celles de la seule riziculture (élevage, potagers, pisciculture, grenier communautaire.)…..Merci à eux de nous prouver que la reconnaissance existe encore…à Madagascar !

Le Gouvernement, a opté cette année pour la dynamisation des zones agricoles. Après son magistral plan de reconstruction des voies de communications il lui reste maintenant à stimuler la production agricole et le retour des populations dans les campagnes

LE PETIT TOUR DES PROJETS : ZONE URBAINE

1 - DANS LES ECOLES PRIMAIRES PUBLIQUES AIDEES PAR PARRAINAGES BSF

De bonnes nouvelles, Christine DAVID (BSF responsable de la scolarisation) était présente et a été ravie de constater leur dynamisme. Tout d'abord elle était porteuse d'un évènement pour eux et ce fut la surprise et la fête.

Cinq ordinateurs, Don 2005 du Crédit Agricole Gard, ont été offerts aux Directeurs des écoles qui ne s'en doutaient pas. Christine ensuite s'est fait le plaisir de transformer en élèves, ses amis chefs d'établissements. Elle a animé pour eux deux stages d'informatique bien préparés. Très satisfaite de leur sérieux ( !) et de leur intérêt ! Elle les a classés parmi les bons élèves.
Autres bonnes nouvelles au sujet de la scolarisation des plus pauvres : cette année les frais d'écolage que devaient payer tous les parents ont été supprimés, l'école est gratuite pour tous, c’est très positif. C'est un soulagement pour les parents. Mais, conséquence, les effectifs des classes augmentent plus que le nombre d'enseignants. BSF prend donc en charge cette année de nouvelles institutrices et met en place un suivi des élèves en difficultés.
Le gouvernement continue à distribuer gratuitement, depuis 3 ans, à tous les enfants du primaire, les cartables ”kits scolaires”, cette année tous les Cours Moyens y ont eu droit.

2- LA FORMATION PROFESSIONNELLE AU CDA

C'est toujours notre souci numéro un, indissociable de nos autres actions. Nous avons octroyé, à Madame Louisette un stage d'informatique qui lui permettra de gérer ses stocks et ses exportations.
Deux personnes ont été inscrites aux très efficaces stages de français de l'alliance française, pour mieux contrôler leurs commandes avec les pays étrangers.
Enfin nous n'en parlons pas souvent, Michèle BSF pendant 5 semaines a passé de nombreuses heures chaque jour dans les ateliers broderie vannerie, pour y apporter comme d'habitude modèles et idées nouvelles, ce qui explique la variété et la qualité des productions actuelles de ces ateliers.

3- LES LIEUX D'ACCUEIL TOURISTIQUES DU CDA

Ils vivent leur vie paisiblement et figurent cette année dans le Guide du Routard !

4- AIDE AUX ARTISANS DEFAVORISES PAR LES MICROS CREDITS

BSF grâce au don de 3750 € de l'Association ”Don Boule de Neige” du Vaucluse a octroyé des micros crédits aux artisans. En octobre, nous avons eu le plaisir de recevoir Monsieur Jacquard, Président de cette association, de visiter avec lui les bénéficiaires de cette aide, dans un long périple au milieu des rizières. Notre accueil chez les artisans, a permis à tous, de saisir l'efficacité et la nécessité de cette aide.

ZONE RURALE

AMPOTAKA MANGAMILA A 80 Km DE TANANARIVE

UN INTERNAT POUR LES ENFANTS ELOIGNES DANS L'ENCEINTE DU COLLEGE GROS PROJET BSF CETTE ANNEE

La première brique a été posée car les fondations étaient déjà réalisées bénévolement par les associations locales en octobre à notre arrivée.
Trente cinq enfants y trouveront quotidiennement le gîte et le couvert, et continueront leurs études malgré leur éloignement du collège. Ce projet qui s'intègre dans la lutte contre l'analphabétisme des populations rurales sera achevé au printemps, son coût sera de 5500 €.

ELECTRIFICATION DE LA ZONE RURALE : LA SAGESSE PAYSANE REPORTE CE PROJET BSF

Malgré la présence sur place d'un énorme groupe électrogène, don du Gouvernement, ce projet ne peut encore démarrer car le prix élevé de l'essence freine les adhésions nécessaires à la rentabilisation de la ligne électrique prévue. Dans l'immédiat nous allons installer deux capteurs solaires à la maternité et à la maison d'accueil des enfants.

LE LIEU DE VIE DES ENFANTS URBAINS DEFAVORISES

Huit pensionnaires de Tananarive, parrainés par les membres BSF, ont repris leurs cours au collège rural. Les trois garçons qui se présentaient au brevet l'an passé ont été reçus en juin et sont revenus sur Tananarive dans leurs familles. Mais nous les aidons toujours..
Nous les avons inscrits au Lycée Madecasse ils y poursuivent leur scolarité, car vos parrainages permettent d'en assumer les frais ainsi que ceux de leur santé et de leur habillement. Nous avons rencontré le Proviseur de leur Lycée qui, ému, s'est spontanément chargé de les suivre, et de nous informer à leur sujet. Madame Julie institutrice de Tananarive assure une surveillance également. A la campagne ils ont été remplacés par deux enfants nouveaux qui s'adaptent très bien.

LES FUTURES IDEES DE PROJETS

De nouvelles idées BSF vont se concrétiser peu à peu sur ce lieu.

Première idée : Tout d'abord l'installation de ruches locales pour une amélioration de la nourriture, pour être une source de revenus, et une découverte des potentialités de la campagne. Ce projet démarre en ce moment avec le Directeur du Collège rural.
Deuxième idée : l'installation de chauffe eau solaire. Nous avons commencé à prospecter, vous pouvez nous aider si vous êtes spécialistes car il est primordial d'utiliser de nouvelles énergies dans les pays en voie de développement.
Enfin, troisième idée : Nous avons imaginé, après discussion avec les enfants puisque leur petit élevage de poules marche bien, l'idée d'installer sur leur terrain…. une jeune zébute et sa maison, une approche pour ces jeunes de l'élevage bovin.

Vous savez, bien sûr, qu'une zébute, fait des petits si elle trouve un fiancé ce qui n'est pas difficile, ces petits peuvent se vendre ou se garder, qu'elle donne du lait, denrée rare et coûteuse, qu'elle n'est pas difficile à nourrir, il y a de l'herbe partout, mais vous ne savez pas qu'elle ne coûte avec sa maison que 400 €
Nous avons donc pensé lancer pour Noël, une souscription de 5 € auprès de nos sympathisants à destination ”BSF zébute” car notre lieu d'accueil ressemble bien à une crèche !

EN FRANCE

Une grande solidarité et de nouveaux adhérents nous ont permis de mener financièrement à bien nos projets par leurs achats d'artisanat au cours de nos manifestations nous les remercions.

Merci également à tous les actifs qui nous ont apporté leurs aides physiques.
Merci pour les ventes expos de nos amis lointains mais efficaces de BOURGES et CAMBO.
Merci au CONSEIL GENERAL DU VAUCLUSE pour son attention et sa fidélité à nos projets, et aux municipalités accueillantes de SAULT, FOURQUES, ARAMON, SAZE.
Une mention spéciale aux jeunes étudiantes du Lycée Pasteur qui par leur travail et leur prospection nous ont permis d'imprimer et de présenter une nouvelle plaquette d'information.
Notre reconnaissance également au CREDIT AGRICOLE DU GARD pour le don des ordinateurs maintenant fonctionnels et installés dans les écoles primaires publiques de Tananarive, après les rénovations de Jérome, informaticien bénévole, du quartier de la Joliette à Marseille.

A bientôt sur nos stands et joyeuses fêtes de fin d’année