2008 - réalisations

NOTRE ROLE DANS LE DEVELOPPEMENT ET LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE PASSE PAR UNE PRIORITE LA PERENNISATION DE NOS PROJETS : LA MAISON POUR TOUS EN EST UNE ILLUSTRATION

Pour cette raison, sur le quartier Andohatapenaka notre mission a surtout été studieuse, une observation attentive du fonctionnement des importantes mises en place 2007 et plus particulièrement celui de LA MAISON POUR TOUS inaugurée en octobre. Cette maison en laquelle nous avions mis beaucoup d'espoirs ne nous a pas déçus et continue à surprendre tout le monde y compris les élus malgaches qui la visitent. Elle nous satisfait pleinement, car elle joue le rôle ”prévu ” dans le développement de son quartier en étant le seul lieu de rencontre et de coordination des forces vives qui s'y sentent chez elles.

Relater ici ce que nous avons vécu dans le cadre du suivi de ce projet est donc important puisque pour nous il n'est pas suffisant de construire et d'inaugurer ce qui est un côté agréable, spectaculaire et festif, mais aussi de faire vivre de développer, d'intégrer nos apports dans la vie des plus pauvres pour un développement réel.

C'est bien sûr en vivant auprès d'eux que l'on comprend le mieux. C'est ce que nous faisons.

De nombreuses rencontres et réunions constructives et chaleureuses avec les gestionnaires des associations utilisatrices, ont donc eu lieu en présence de nos partenaires élus du quartier Jonah, Ursule, Sahondra, Menja, Martin et Haja, en janvier et février. Réunions très riches en idées nouvelles sur le fonctionnement, la gestion et l'ouverture de la maison à la population. Elles nous ont permis de ressentir que l'énergie était bien là, que cette structure était devenue une richesse collective appartenant à tous les habitants, vigilants pour la conserver et l'entretenir, pour la défendre et l'améliorer avec nous sans aucune lassitude.

Suite à son inauguration, quatre mois étaient alors passés, et nous l'avions laissée volontairement se «débrouiller» pour éviter des désirs d'assistanat systématique BSF, mais aussi pour valoriser et stimuler le potentiel «d’invention» et de solidarité des bénéficiaires car tout ne passe pas par l'argent. De grandes choses sont possibles avec un petit budget, plus des idées, les leurs ! Nous avons pu alors sur des bases réelles, constater l'utilisation intense de la Maison par le quartier, son bon entretien, son utilité, sa fréquentation très importante. Nous avons pu étudier, documents comptables à l'appui, les premiers pas de sa gestion qui, nous le devinions depuis 2007, pouvait, sans un coup de pouce financier BSF de démarrage, s'avérer difficile donc décourageante.

Nous avons pu écouter en réunions élargies les désirs très divers des populations, demandes, qui par la suite, ont été classées avec les habitants, selon leur coût et leur impact dans le quartier, afin de les concrétiser dans l'immédiat ou plus tard selon un choix très démocratique évitant tout conflit.

Et c'est ainsi qu’il a été décidé que BSF commençait tout de suite une aide financière imprévue pour le fonctionnement par 3 parrainages mensuels, en attendant les 5 parrains nécessaires. Que les stages de français du personnel continueraient, qu'un bloc WC toilettes serait annexé en 2008, que 5 m3 de livres et des nouveaux ordinateurs sont expédiés de France, que les fermetures de la partie basse seraient renforcées par sécurité, qu'une télévision grand écran et lecteur de CD à seul but didactique ont été achetés et installés dans la bibliothèque.

Et surtout qu'un jeune membre BSF informaticien, Didier LLOPIS, restera bénévolement 6 mois sur le quartier pour une aide continue généreuse, concrète, formatrice, qui s'avère déjà très efficace, puisqu’ il travaille sur un site internet pour l'atelier broderie BSF.

Ce suivi attentif des projets durant plusieurs années parfois est la phase la plus importante pour nous BSF car il assure leur stabilité, et nous permet de connaître plus intimement les populations par la multiplicité des petites actions menées avec eux. Ce suivi permet d'amplifier les réalisations sans exagérations, d'aider financièrement leur fonctionnement en évitant les coups de coeur sans fondements, spécialités des humanitaires dont nous faisons partie, de les conduire peu à peu vers leur autogestion, car les structures doivent rester viables même en notre absence.

MALHEUREUSEMENT DES HISTOIRES D'EAUX ET DE CYCLONES ont encore émaillé et compliqué notre mission : «Yvan» un très méchant cyclone a inondé, arraché, détruit et mis sur notre quartier 220 sinistrés sans abris en février. Bien sûr BSF a gratté ses fonds de tiroirs pour acheter riz, savons, lampes, une tente dortoir de 30 m2, une pirogue supplémentaire….Dans l'urgence …mais en récompense pour nous l'incontournable solidarité et bonne humeur malgache en dépit des catastrophes !

POUR NOS AUTRES PROJETS URBAINS ET RURAUX, TOUT CONTINUE, C'EST SATISFAISANT ET PAS COMPLIQUE

L'ATELIER BRODERIE VANNERIE progresse. Michèle y a travaillé chaque jour de sa mission dans un contexte efficace et détendu. Les perspectives y sont plus que positives puisque on peut dire, un an après sa création, que les clients qui ont déjà passé leurs commandes pour fin 2008 assureront les salaires de tous et toutes jusqu'en décembre. Nous continuons à financer la formation des jeunes brodeuses. Deux vont apprendre également le français, et nous insistons de plus en plus sur la recherche de qualité et d’originalité. Nous avons amélioré le confort de ce lieu : une cuisine, avec gaz et ustensiles, y est installée et des repas chauds sont possibles à midi pour tout le monde car c’est bientôt l’hiver malgache.

Enfin, il y règne un tel climat de sécurité pour les brodeuses, qu’elles ont décidé d'économiser peu à peu l’argent d’un voyage, pour voir la mer à Tamatave (300 kms): c’est leur rêve. On les y aidera bien volontiers !

LA MAISON D'ACCUEIL DES LYCEENS à ISOTRY Tananarive : ça travaille, ça discute, ça lit, ça « internette», et depuis janvier ça regarde cassettes et CD didactiques, car BSF y a installé une télé neuve et un magnétoscope pour utiliser l'importante vidéothèque de ce lieu. Nous sommes étonnés et émus de constater que les jeunes adultes qu'ils sont devenus ont confiance en nous pour leur avenir. Tous sont épanouis, reconnaissants et très fiers. Confidentiellement, aujourd'hui nous pouvons affirmer que tout le monde s'en sortira.

LES ECOLES PUBLIQUES TRES PAUVRES. Les parrainages de nos membres continuent à prouver leur efficacité et les deux nouvelles écoles aidées ont déjà fait des réparations conséquentes des bâtiments avec la main d'oeuvre des parents d'élèves ….

LE QUARTIER ANDOHATAPENAKA, outre nos aides à La Maison Pour Tous, a reçu des financements pour 600 mètres de diguettes supplémentaires et le pavage des abords du lavoir.

BSF a également octroyé une belle récompense à «IKOPA», la brillante équipe de rugby du quartier qui est allée en demi finale dans le grand stade de Tananarive : des survêtements et teeshirts, au nom de l'équipe, verts espérance pour le prochain tournoi.

ZONE RURALE

Jacquotte va être enfin maman. En ce qui concerne le centre d'accueil IVONTSOA des plus jeunes scolarisés au collège : ça roule !
Comme chaque année en mars, nos partenaires du lycée agricole St Joseph de la Réunion ont passé 10 jours grâce à une logistique bien rodée de Bernard et Julien le fils de Julie notre institutrice. Julien a assuré avec succès, pour la première fois seul, l'encadrement de ce séjour. Tous les participants se sont séparés contents, mais tristes de se quitter. C'est un apport important de connaissances en agriculture pour les plus jeunes et les plus âgés de la campagne et la découverte d'une grande et réciproque amitié.

PROJETS A L’ETUDE

> Pour fin 2008 : La construction d’une petite école d’un village des hauts plateaux sera financée par Mireille et Jean, deux de nos membres avignonnais. Nous en examinons les devis.
> Pour 2009, à Tananarive, construction d’un local d’environ 200 m2, à proximité du centre du quartier, près des écoles et des commerces il sera destiné aux sinistrés en saison cyclonique. Ce local servira :

  • pendant les mois d’intempéries à l’hébergement des familles sans logis qui pourront l’utiliser comme lieu d’habitation et de travail artisanal familial
  • le reste de l’année :
    - En local d’animation sportive
    - D’hébergement de groupes ou de voyageurs malgaches
    - De marché artisanal ponctuel pour faire connaître les produits du quartier….etc.