2012 - réalisations

   BAZAR SANS FRONTIERES

         

ASSOCIATION HUMANITAIRES

 

MISSION HIVER PRINTEMPS 2012

 

Pendant un mois et demi sur le terrain nous avons constaté l'aggravation de la misère, de l'hygiène et des dangers quotidiens. Inutile de le dire cette mission 2012 n'a pas été des plus faciles, l'insécurité nous a privé de temps de décontraction, et a généré beaucoup d'angoisses.

Pourtant nous ne nous plaignons pas et nous continuons. Notre présence est importante et bien de nos projets étant devenus indispensables nous sommes certains que nous aidons nos partenaires malgaches à avoir la force d'imposer leur volonté, leur droit au bonheur, leur respect, leur sécurité.     

DONC : tous nos projets sociaux-humanitaires vie quotidienne continuent avec intensité malgré notre indignation devant l'injustice permanente. Nos responsables sont tous présents généreux et actifs à leurs postes Haja, Julie, Guy, Julia, Ramanga, les brodeuses ... et même les grands de nos ados déjà aidés. Enfin un nouveau gros projet a pu démarrer, pari promis, pari tenu : c'est l'élevage de poissons.

 

 

En général à Madagascar tout s'aggrave. La misère entraine vols et corruption même au niveau des fonctionnaires et des forces de l'ordre. Des bandes armées de fusils ou d'armes blanches tuent et volent à toute heure, sur les routes nationales, les aéroports ou dans les bas quartiers déjà pénalisés. L'UNICEF et ses statistiques, annonce en mars 2012 : "Un enfant sur deux est privé d'éducation", "Sur 10 millions d'enfants, 8 millions vivent au dessous du seuil de pauvreté ", "ils n'ont pas accès aux services sociaux ", "leurs conditions de vie sont précaires", "47% d'enfants ne disposent pas de toilettes et 84% logent dans une seule pièce avec au minimum 4 adultes".

Ces chiffres stupéfiants témoignent d'une gouvernance catastrophique et de sa corruption. Toute la population est touchée : manque de soins de santé, ordures empilées et non ramassées même au centre de Tana, fouilles de ces ordures putrides par des gens de tous âges. Non entretien des rues, des égouts, des canaux... Et pour tout arranger augmentation  de 25% de l'eau et de l'électricité. Ne parlons pas du riz ou de l'huile, c'est déjà fait. S'ajoute l'impossibilité de sortir à partir du crépuscule, même les policiers sont alors corrompus, plus aucun taxi brousse ne circule la nuit et le temps de travail est donc réduit. Mais la presse française apporte des preuves à nos constats initiaux de 2009, des journalistes dénoncent la réalité et nous vous conseillons de lire l'article de DELTOMBE Thomas. Le Monde Diplomatique  mars 2012 et sur internet: " La France, acteur-clé de la crise malgache". http://www.monde-diplomatique.fr/2012/03/DELTOMBE/47470

Oui le pillage des richesses naturelles est en cours à Madagascar. Et les pilleurs, loin d'être les écologistes émérites qu'ils annoncent, 'exploitent à leur compte dans un contexte forcément polluant car archaïque : gisements d'uranium, pétrole bitumineux, mines de charbon, de nickel, de cobalt ou le bois de rose, et les pierres précieuses... A Madagascar au pire ce sera bientôt comme dans d'autres pays d'Afrique ! Car depuis 2009, l'inventaire des richesses a été fait, un putsch armé bien payé soutenu par rumeurs et mensonges a eu lieu, un ex président bien mis en cause a été éliminé, les élections y sont reportées à l'infini, un ambitieux leader a été choisi pour "la transition", et la pauvreté, la lassitude, le temps aplanissent tout... Ce qui leur restera à faire en 2012 ? Des truquages et des rumeurs électorales privant un petit peuple naïf de ses candidats et un nouveau dictateur sera élu. Les machiavéliques "amis officiels des populations pauvres ..." ne seront jamais inquiétés, la faim facilitant l'oubli et le silence. Et surtout pas de soucis pour la France  le pétrole et les gaz bitumineux malgaches seront là...Quant aux malgaches ils poursuivront leur déforestation pour cuire leur repas et paieront leur essence aussi cher que chez nous avec un smic au mieux à 40 euros.

 

 

Mais aujourd'hui malgré tout BSF a encore envie de refuser ce scénario, et d'utiliser encore la phrase magique et vitaminée qui a marché si souvent : "Ca va s'arranger..., on va y arriver !". Donc parlons de nos projets en cours, de ceux qui naissent, de ceux qui vont naitre et pour commencer :

 

Premier projet : un élevage de poissons tilapias sur notre centre de plein air rural

Nutritif et durable, rapide gratuit écologique car participant à l'autogestion des repas de nos accueils d'enfants.

 A Mangamila au centre BSF beaucoup d'eau ruisselante inutilisée le permet, elle se rajoute à un petit étang. En mars 2012 avec l'aide de la structure de développement rural MPE de Tana, les travaux sont presque finis et la formation d'Armand (teeshirt rouge) un gamin scolarisé par BSF est faite depuis décembre 2011.

 

 

En février il dirige avec la population les travaux conseillés par ses formateurs qui reviendront chaque mois pendant un an. Creusement des bassins d'élevage en attente de l'alevinage, qui se fera en avril.et sera fourni par MPE.

Auparavant, captage d'un ruisseau par tuyaux PVC et construction d'un bassin de rétention d'eau à mi-chemin.

Dans 2 mois aux grandes vacances les enfants mangeront les protéines de tilapias nutritives et fraiches.

MPE l'entrepreneur de Tana nous demande de faire de ce projet avec eux un lieu d'informations car cette ressource n'est pas utilisée dans la région et c'est un projet de  développement très simple. Bien sûr c'est oui BSF aime tant que ses idées soient reprises.   

 

     

      

 

 

Deuxième projet l'école de Julie

Julie notre responsable scolarisation est devenue directrice de l'école centre ville " Antetezanafovoany"

C'est une promotion mais… son école est complètement délabrée et même dangereuse pour les enfants. BSF a décidé, malgré notre suspension des aides aux écoles primaires durant la transition, la rénovation totale des extérieurs et de la cour de récréation. Puis de toutes les classes peu à peu en 2012 2013. Un parrainage chaque mois aidera le fonctionnement de l’école car nous avons une totale confiance en sa Directrice. Enfin une grande fête toute simple avec bonbons et gâteaux  pour ses instits, leurs 500 gamins et les parents élèves s'est déroulée le 25 février avec reporters presse et télé.    

 

 

Troisième projet.

Nous attendons une aide IMPORTANTE pour l'installation définitive de notre projet tourisme solidaire sur notre centre d'accueil pour les enfants En préparation ces financements incluant un confort sanitaire et  la rénovation des accès et des terrains de sports, nous avons démarré, en dépit des deux cyclones, et réalisé les travaux de maçonnerie et de peintures des dortoirs devenus plus intimes et plus confortables avant l'achat de la nouvelle literie. Leiré, étudiante à l'Université de Toulouse vient faire un stage chez nous en mai autour de ce projet, puis à Mada en septembre avec nous. Actuellement elle se forme au Tourisme solidaire à Foix, une  bonne recrue pour notre projet.  

 

 

Quatrième projet

A la broderie une belle histoire de solidarité BSF : Sandra apprentie depuis peu quittait l'atelier juste avant le repas. Promenade pensait-on ?

Un jour elle est revenue larmes au bord des yeux et épuisée, une chance nous étions là. Un entretien immédiat avec elle et Haja nous a permis de découvrir qu'elle ne mangeait pas à midi faute d'avoir les 20c d'euros de notre cantine. Proposition immédiate et imprévue pour elle un parrainage par l'une de nos membres qui pourra payer ses repas, ses transports, son habillement, sa santé le temps de sa formation.

Son sourire et sa joie ont été notre récompense à tous y compris ses collègues brodeuses pourtant non "aidées". Sa belle lettre spontanée et son grand merci à sa marraine ont été les bienvenus en France.   

 

 

LA CONTINUITE DES AUTRES PROJETS DEJA EXISTANTS

Formation professionnelle

Elle démontre son efficacité puisque 6 jeunes arrivent avec un métier qu’ils ont choisi.

 

Quelques exemples très satisfaisants.

 

Notre couturier Michel travaille à son compte maintenant et a été doté par ses parrains d'une surjeteuse qui augmente ses gains. Il travaille souvent pour l'atelier de broderie qui le rétribue.

 

 

Diplômes et récompenses sont tombés pour nos plus grands, Julia et Johary parrainés. Ils ont réussi avec mention leur 4ème année et soutenu leur thèse en grande cérémonie dans leur école, costume aidant.

Haulin après son CAP mécanique passe son permis transport en commun.

 

 

Projet SOS SCOLARISATION Maison Pour tous, commencé en novembre 2011, il permet aux plus pauvres d'avoir une scolarisation continue et gratuite. Pour Noël, ces enfants sont en outre partis en vacances une semaine au centre de plein air BSF. Dès le mois de mai nous commençons avec eux un programme de nutrition par repas Maison Pour Tous, à l'appel de leur institutrice. Il sera financé  par  "Le Bol de riz de mars 2012" du Collège Sainte Marie Blancarde Marseille. 

 

Projet PRESCOLAIRES Maison Pour Tous nous continuons leurs animations et leurs repas en 2012 Ces repas seront améliorés cette année grâce à l'argent « du bol de riz » de Monique HUBAU et de ses membres à Bourges.

 

Leur nombre est de 85 à ajouter aux 48 ados de SOS Scolarisation BSF.

Nous vérifions depuis 2 ans à la Maison Pour Tous que les extraits foliaires de luzerne donnés à tous en complément alimentaire sont très bénéfiques, leurs frimousses sur la photo du départ en vacances à Mangamila en est la preuve.

 

 

LE TERRAIN DE MAHEBO octroyé par les habitants ruraux à la Maison Pour Tous en 2011 a été le lieu de sorties pique nique, camping, sport avec exploration de la campagne, prévus pour les familles et leurs enfants. Ce lieu est pratique à cause de sa proximité de Tana et des économies de transports.

 

Zone rurale de Mangamila

Les paysans sont maintenant les plus heureux car le riz se vend bien et le grenier à riz est très utile à cause de l'insécurité actuelle même en milieu rural.

Leur nouveau lycée rural va recevoir un lot de livres didactiques et de romans de BSF.

Enfin l'une de nos membres nous a versé une somme pour l'achat d'une nouvelle vachette mais les deux cyclones ont retardé sa livraison qui ne saurait tarder. Elle sera installée à côté des poissons sur le CPA.  

 

Enfin pour faciliter l'autogestion des projets et un non assistanat BSF : Un travail de fourmi imperceptible mais quotidien a occupé Bernard et Julia notre étudiante brillante (en 4ème année de Finances et Management). Cette période a été un stage pratique intensif  pour Julia qui avoue qu'elle a plus appris que dans sa grande école. Ce travail a été générateur d'une dynamique pour nos projets et de leur compréhension par les brodeuses et Haja, car il a détaillé la gestion et les comptes de tous les projets financés par BSF. Ils ont pu réaliser une étude de la rentabilité de l'atelier broderie. Une réunion en conclusions avec les brodeuses sur les choix à faire et surtout les économies, les tarifs à pratiquer pour améliorer les revenus et tirer le bilan pour que l'association des brodeuses puisse un jour devenir une coopérative ouvrière. Ce bilan sur les projets a appris à tous qu'il fallait détailler dépenses et rentrées pour assurer plus tard une continuité des actions. Ce qui nous l'espérons supprimera les aides annexes parfois nécessaires : ce qui était notre but initial.